ShipStore web site ShipStore advertising
testata inforMARE
ShipStore web site ShipStore advertising

23 octobre 2018 Le quotidien en ligne pour les opérateurs et les usagers du transport 20:30 GMT+2



9 Mai 2018

Cette page a été automatiquement traduit par
Nouvelles originales
ESPO réaffirme qu'un seul tarif fixe pour l'attribution dans les ports des refus des bateaux n'est pas en ligne avec le principe « qui pollue satisfaite »

L'association des ports européens propose de fixer une limite au quantitatif de refus couverts de la taxe fixe

L'association des ports européens a présenté aujourd'hui ses évaluations sur la proposition annoncée de la Commission Européenne de révision de la directive n. 59 du 27 novembre 2000 relative aux installations portuaires de ramassée pour les refus produits des bateaux et les restants du chargement. L'European Sea Ports Organisation (ESPO) retient positive le choix de la Commission de se baser sur les progrès réalisés dans le domaine de la directive en vigueur, qui - il a mis en évidence l'association - a contribué à réduire en mode significative les déchargements de refus en mer ». En particulier - il a spécifié ESPO - « le tarif fixe minime qui doit être payée de toutes les bateaux qui font escale dans les ports de l'EU, indépendamment du fait qui utilisent les installations de ramassage des déchets ou de la quantité de refus conférée, a fonctionné. Cela a fait en sorte que seulement le 2,5% des refus oléagineux ne soit pas conféré dans les installations de recueillie dans les ports ».

L'association a exprimé même appréciation environ le fait qui la proposition ait l'objectif d'augmenter l'efficacité et de réduire les charges administratives, mais il a remarqué que cependant la nouvelle directive devrait même assurer qu'il soit promû un système efficace mais responsable pour la gestion des refus des bateaux, en ligne avec le principe « qui pollue satisfaite ». « Les ports européens - il a expliqué Isabelle Ryckbost, secrétaire général de ESPO - reconnaissent que fournir les justes incitations il est essentiel et les autorités portuaires sont certainement disponibles à contribuer. Toutefois l'introduction d'un système tarifaire sur la base dont les bateaux pourraient délivrer quantité déraisonnables de refus, inclus refus dangereux, pour un seul tarif fixe, constituerait une grave et inacceptable dissonance par rapport au principe « qui pollue satisfaite ». On risque de décourager l'élimination des refus à la source en réduisant les volumes de refus à bord, qui a été la pierre angulaire de la politique sur les refus de l'Union Européenne ».

Le régime tarifaire applicable aux refus produits des bateaux qui actuellement sont en vigueur prévoit que toutes les bateaux qu'ils aboutissent dans les ports d'un État EU contribuent en mesure significative aux coûts d'équipement portuaires de ramassage des déchets produits des bateaux à compter en tant que l'effectif emploie de ces installations. Cette contribution peut être incorporée dans les droits portuaires ou peut être définie par un tarif standard distinct pour les refus (les tarifs peuvent être diversifiée, par exemple comme le type et de la dimension du bateau). ESPO a spécifié qu'actuellement cette contribution versée de toutes les bateaux qui escaladent les ports de l'EU couvre au moins des troisièmes des coûts totaux des installations de ramassage des déchets dans les ports, pendant que cote restant est couverte du tarif, prévue même la de la réglementation actuellement en vigueur, qui réfléchit le coût réel de la gestion de la quantité de refus délivrés du bateau.

ESPO s'est rappellé de que la nouvelle proposition de la Commission Européenne, avec le but de renforcer cette politique d'incitations, prévoit l'application du seul tarif fixe pour les refus dont à annexé V (des Précautions pour la prévention du risque de pollution je marine) du Marpol, la convention internationale pour la prévention de la pollution causée de bateaux, ainsi que pour les refus qui ont été ramassés des filets de pêche. La proposition prévoit que chaque port établisse un tarif fixe qu'elle couvre toutes la quantité de refus, sans limites ou seuils. ESPO s'est rappellé en outre de qu'annexé V du Marpol il inclut pas seulement des refus comme plastiquex ou des ordures ménagères, mais même les refus dangereux classifiés comme tels de la législation de l'EU.

Pour conjurer le risque inhérent dans cette proposition, ou bien que les bateaux soient poussés à décharger dans les ports quantité déraisonnables de refus, les inclus matériels dangereux, ESPO a proposé de fixer une limite au quantitatif de refus couverts du tarif fixe, qu'en second lieu l'association devrait couvrir seulement les normales quantité de refus délivrés d'un bateau d'un déterminé type et dimension. Pour ESPO, la nouvelle réglementation devrait autoriser les ports à débiter aux bateaux les coûts d'attributions de quantité déraisonnables de refus. En outre, en second lieu ESPO, les refus dangereux, qui - il s'est rappellé de l'association - habituellement nécessitent d'un traitement spécial et coûteux, ils ne devraient pas être couvert du tarif fixe.

ABB Marine Solutions



Rechercher des hôtels
Destination
Date d'arrivée
Date de départ








Index Première Page Nouvelles

- Piazza Matteotti 1/3 - 16123 Gênes - ITALIE
tél.: +39.010.2462122, fax: +39.010.2516768, e-mail