ShipStore web site ShipStore advertising
testata inforMARE
ShipStore web site ShipStore advertising

25 juin 2018 Le quotidien en ligne pour les opérateurs et les usagers du transport 19:27 GMT+2



12 Juin 2018

Cette page a été automatiquement traduit par
Nouvelles originales
Peu de pas en avant aujourd'hui dans le second sommet sur Brennero

Souscrite une déclaration de buts, qui cependant n'a pas été signée du gouverneur du Tirolo

Aujourd'hui le second sommet sur Brennero qui s'est tenu à NOI Techpark de Bolzano, qui a été convoqué de Pat Cox, de coordonnateur pour le couloir européen TEN-T parmi la Scandinavie et de la Méditerranée, semble ne pas avoir porté à un rapprochement parmi les parties au sujet du trafic véhiculer lourd le long de la planche de Brennero et semble au contraire avoir augmenté l'incertitude sur les initiatives qu'Italie, Autriche et Allemagne entendent porter en avant pour assurer je transite de Tir sur ce directeur ou pour limiter le flux de camion long la parcours. Un sommet invalidé probablement même de l'absence des directs représentants de deux des trois gouvernements.

Dans une note le néo ministre italien aux Infrastructures et aux Transports, à Danilo Toninelli, pas présent à Bolzano où le gouvernement de Rome a été représenté du dirigeant général du Ministère, Enrico Maria Pujia, a commenté la souscription d'une « Déclaration de buts relative à la réalisation de mesures d'accompagnement et infrastructurales qui contribuent à la réalisation du couloir scandinave-Méditerranée du réseau central TEN-T » produit à conclusion du meeting en soulignant que « les engagements financiers de le long de terme sur le couloir de Brennero, dans le domaine de la stategia TEN-T, représentent un défi fondamental pour joindre mieux les diverses aires d'Europe. Et - il a ajouté Toninelli - ils donneront des bénéfices énormes à notre économie, en considérant qu'environ le 70% de l'import-export italien passe pour l'arc alpin ».

Un document qui, toutefois, n'a pas été signé du gouverneur du Tirolo, un État fédéré autrichiens qui a un rôle clé dans les négociations et que sur les transits à Brennero il a une position nettement différente de cette d'Allemagne et Italie : « aujourd'hui - il a expliqué Günther Platter en motivant la décision de ne pas parapher l'accord - nous avons mis en clair que la situation des transits n'est pas plus soutenable et qu'il est maintenant de la finir avec les éxcuses et les vaines promesses. Pas lascerò que les tirolesi soient pris en tour. J'ai toujours souligné - il a précisé Platter - que j'apposerai ma signature seul s'il y aura des améliorations évidentes pour la population tirolese. Il n'est pas celui-ci le cas. En 2009 - il a mis en évidence encore le gouverneur du Tirolo - nous avons inclus dans le Plan d'Action pour Brennero toutes les mesures nécessaires et le plan d'aujourd'hui serait par contre à nouveau dépourvu de mesures concrètes et d'engageanux, d'échéances temporelles et de ressources. Nous n'avons pas besoin - il a dénoncé Platter - d'ultérieures déclarations de buts qui mènent à rien. Ce dont nous avons besoin est les engagements concrets de toutes les parties impliquées et d'une stratégie de delocalizzazione efficace ».

Confinant avec l'État Fédéré du Tirolo, la Province de Bolzano l'a même une position analogue (même si plus conciliante) à cette de confinant septentrional par rapport à l'excessif flux de trafic à travers Brennero. Pas à cas Tirolo, Alto Adige et E TG0 0N Trentin ont présenté aujourd'hui un protocole additionnel (celui signé même de Platter) qu'il sollicite « la rapide réalisation et d'acceptation de mesures concrètes » : parmi celles-ci : « la réalisation du soi-disant « péage de couloir » pour le trait entre Munich et Vérone, qui doit être adopté sans ultérieures procrastinations », mesure d'adaptation du péage sur toute la planche de Brennero par rapport aux autres traversées alpines nécessaire - il s'explique - « pour poser un frein au trafic provenant de ces autres tracés et même pour augmenter la capacité concurrentielle du transport ferroviaire ». En outre on demande « un plan de déplacement des chargements clairement défini pour le progressif renforcement du passage du camionnage sur le rail », avec l'objectif de rejoindre « une augmentation annuelle de 1.5 millions de tonnes nettes sur rail longue le couloir de Brennero », l'adoption dans la brève période « de mesures efficaces et incisives pour la limitation du trafic marchandises sur la planche de Brennero », une drastique réduction par rapport aux 2017 du nombre des transports marchandises en trafic dévié sur la planche de Brennero (se vise - il se souligne - à la réduction de troisième dans le 2020) et « l'implémentation prioritaire et conséquente d'une nouvelle infrastructure, l'agrandissement à quatre salles communes du couloir de Brennero (Galerie de base de Brennero et des traites d'accès) ».

À celles-ci on ajoute deux ultérieures demandes des Provinces de Bolzano et de Trente : la première sollicite les « passage interdit pour le réseau viaria secondaire », comme « les mesures de limitation du trafic sur l'autoroute de Brennero ils augmentent de force la pression sur le réseau viaria reliée des routes fédérales et d'état » et « une sensible réduction ou bien l'abolition du privilège du coût du gasol pour le camionnage long la planche de Brennero » tournée à éliminer le trafic dévié.

« Nous ne cessons pas de travailler - il a souligné dans le cours du sommet d'aujourd'hui le président de la Province de Bolzano, Arno Kompatscher - pour un déplacement immédiat du trafic de la planche de Brennero. Il craint est la santé des citoyens, la tutelle du délicat écosystème alpin et la qualité de vie en général ». En se rappellant de qu'au-delà de 2.2 millions de moyens lourds ils traversent tous les ans Brennero, avec une tendance de croissance du +14%, et en remarquant qu'à front du croissant impact du trafic sur des personnes et de l'ambient il y a unanimité dans retenir qu'elles faillent des solutions rapides, Kompatscher a mis en évidence que « elle faut une élévation des tarifs de l'autoroute pour le trafic marchandises, un tarif unique de couloir pour le carburant des moyens lourds, des passage interdit sur le fonctionnaire de Brennero et plus de marchandises sur rail ».

Relativement au soi-disant trafic dévié, celui représenté des moyens qui parcourent un parcours plus long et passent de Brennero parce que plus avantageux, Kompatscher a observé que « pour réduire ce type de trafic il est nécessaire d'introduire graduellement des tarifs plus hauts pour les moyens lourds en transit sur l'autoroute parmi Brennero et Modène ».

D'une partie le sien, dans la note diffuse à l'occasion du sommet d'aujourd'hui, le ministre italien a affirmé que « ils ne sont pas des acceptables blocs unilatéraux du trafic qui endommagent soit l'ambient sur le versant italien soit les chiffres d'affaires des entreprises locales. Il s'agit de défences - il a accusé Toninelli - non établies qu'ils apparaissent d'autre part en contraste avec l'ésprit des accords du sommet de Munich et avec le principe de libre circulation des marchandises qui informe le droit de l'EU. L'Italie est en premier plan du point de vue de force économique, en optique multimodale de transfert progressif du trafic de la gomme au fer. Et nous nous attendons que le gouvernement autrichiens reconnaisse cet engagement ».

Toninelli s'est rappellés de que la position de son Ministère sur le dossier Brennero est qu'il sert une action concertée que piqués surtout sur trois direttrici : optimisation de la ligne ferroviaire historique RFI avec des améliorations conclues aux velocizzazione et à l'augmentation de capacité (de détail de l'importance, par exemple, le plan de je développe de ERTMS de niveau 2 en superposition au système de contrôle de marche du train - SCMT - à se conclure dans le 2021) ; modulation des péages que, en respect au principe « qui emploie satisfaite et qui pollue satisfaite », il tienne compte de l'utilisation de sources propre et combustibles alternatifs, avec le but de stimuler la diffusion de transports plus soutenables et moins d'impattanti pour l'ambient (d'autre part - il spécifie la note - l'Italie a destiné robustes cantonnements annuels en faveur du chemin de fer long la planche de Brennero. Donc, des hypothèses de possibles accroissements tarifaires pourront être sur la table dans le domaine de la discussion sur la future concession de l'autoroute de Brennero) ; analyse coût-bénéficie et transparence sur les adjudications en relation aux réels volumes de trafic liés au possible renforcement de la ligne d'accès à sud de Brennero, de Vérone à Fortezza. Si d'une partie, en effet - il explique la note - la réalisation du tunnel de base et cette du premier lotto de la ligne d'accès (de Fortezza à Ponte Gardena) est respectivement en cours de réalisation et déjà entamée des Cipe, et représente des oeuvres d'utilité fondamentale, de l'autre il faut définir en mode rationnelle et transparent avec quelles modalités il sera nécessaire de procéder à la réalisation de la restant traite d'accès (de Vérone à Ponte Gardena). Et on évaluera en tel sens même l'opportunité de participer à des bandes pour accéder aux financements européens.

Au sommet de Bolzano ils ont participé même le ministre aux Transports autrichiens, Norbert Hofer, la ministra aux Transports de la Bavière, Ilse Aigner, le président de la Province de Trente, Ugo Rossi, et le secrétaire d'État dans le ministère aux Transports allemand, Steffen Bilger, qui a assisté en sa capacité officielle du ministre Andreas Scheuer qui a décidé de ne pas participer au meeting puisque - il avait expliqué - « insensé » parce que - il avait précisé - après une rencontre avec le ministre autrichienne Hofer il était apparu clair « que l'État du Tirolo n'est pas intéressé à une solution à court terme relative à la situation du trafic surla frontière allemand-autrichiens ».

Le coordonnateur pour le couloir européen scandinave-Méditerranée, Pat Cox, a de toute façon exprimé satisfaction pour je hésite du sommet : « après des loin négociations avec les représentants d'États et de Régions - il a affirmé - nous pouvons finalement entreprendre un pas fondamental sur la parcours commune pour un couloir soutenable à travers Brennero ». Cox a apprécié en particulier l'engagement du président de la Province de Bolzano Kompatscher en ce qui concerne le versant italien du couloir, pendant qu'il a manifesté déplaire pour manquée souscription du mémorandum de la part du gouverneur du Tirolo Platter.

Satisfaction a été exprimée même du gouverneur de l'E TG0 0N Trentin : « derrière cette signature - il a déclaré Ugo Rossi - un il y est signifié important : elle est la confirmation de la bonté des choix politiques adoptés fin maintenant. Et il est particulièrement significatif que le ministre Toninelli ait déjà voulu parapher le mémorandum. Nous le remercions parce qu'il est l'épreuve renouvelé engagement du gouvernement italien de soutenir des projets déjà entamés ».

Est Europea Servizi Terminalistici
Vincenzo Miele



Rechercher des hôtels
Destination
Date d'arrivée
Date de départ








Cherche des autres nouvelles sur



Sélectionnez la rubrique:  Toutes les rubriques
Nouvelles
Ports
Tourisme
Banque des Données
Transport par Avion
Transports Routiers



Index Première Page Nouvelles

- Piazza Matteotti 1/3 - 16123 Gênes - ITALIE
tél.: +39.010.2462122, fax: +39.010.2516768, e-mail