ShipStore web site ShipStore advertising
testata inforMARE
ShipStore web site ShipStore advertising

19 décembre 2018 Le quotidien en ligne pour les opérateurs et les usagers du transport 03:09 GMT+1



2 Juillet 2018

Cette page a été automatiquement traduit par
Nouvelles originales
Honoré il demande qu'ils s'appliquent à shipping les sanctions proposées de Di Maio pour qui delocalizza

L'armateur prompt un mécanisme sanzionatorio et liens qui conditionnent les facilités fiscales aux paramètres dans craint d'utilisation de maritimes italiens et communautaires

Mardi passé, à l'occasion de l'assemblée de la Confitarma(du 26 juin 2018), le président de la Confédération Italienne Armateur, Mario Mattioli, ne l'avait pas appelé en cause explicitement, mais en parlant de préoccupations suscitées « nombreuses et d'en désordre initiatives médiatiques » que, en prenant instrumentalement je sors de préoccupations de par sa nature occupationnel, risquent de compromettre les bases de développe de notre flotte », avait sans équivoque laissé entendre qu'initiateur des initiatives médiatiques il est Vincenzo Onorato, patron du groupe Honoré Armateurs qui actionne à travers les compagnies de navigation Moby, Tirrenia et toremar.

Le point de se disputer est la très récente entré en vigueur de la règle (soi-disante Legge Cociancich) qu'il établit que les bateaux ro-ro et ro-pax inscrits au Registre international qui actionnent des services de cabotage en Italie puissent accéder à des bénéfices fiscaux et à des dégrèvements contributifs exclusivement si leurs équipages sont composés de maritimes italiens ou communautaires. Mattioli avait spécifié que « un raidissement de la composition des équipages en termes de nationalité, aussi avec des apparents bénéfices conséquents surtout pour la moyenne et la plaine force, en réalité alourdiraient gap compétitif déjà existant parmi la nôtr'et autres drapeaux communautaires, en poussant notre navire à l'étranger ».

Prévisible, au contraire escompté, il réplique de Vincenzo Onorato qui, en se référant à renouvelé des armes de la Confédération Italienne Armatrices dans laquelle au centre il a été posé le tricolore du drapeau italien, a rebattu que « il n'est pas suffisant changer le logo de la Confitarma pour auto-qualificarsi défenseur de l'italianità et des italiens ; au contraire, cette prétention d'italianità - il a affirmé Honoré - devient grotesque dans la Confédération des armateurs italiens, qui défend et fournit couverture aux armateurs qui dans la composition des équipages des bateaux qui battent notre drapeau italien, continuent à privilégier à une très grande majorité l'embarquement d'immigrés extracommunautaires sous-payés, pendant que nos compatriotes restent à la maison inoccupés à faire la faim ».

Selon Honoré, « l'hypocrisie de Confitarma est en mode paradoxale mise nue vraiment des déclarations du président à Mattioli, qui répète à chaque occasion épellent écrit de son actionnaire de référence, Manuel Grimaldi (past president de Confitarma, ndr). Ou bien vraiment de quel, en total mépris et violation du décret Cociancich et donc d'une loi de l'État que, je réaffirme, il est à tous les effets actuel, il agit comme si cette loi n'existait pas en tenant bon maintenant illégalement dans l'utilisation de personnel maritime extracommunautaire ».

« Et - il a poursuivi le président du groupe Honoré Armateur - qui il devrait veiller sur cette violation de loi, les organes de l'État, ou ils ne sont pas en mesure de faire de lu'ou ils se retiennent de faire de lui, en permettant aux armateurs de continuer à bénéficier, en mode entièrement illégale, de cette presque totale exonération du paiement des taxes qui aurait dû à quel il respecte les lois et embarque seulement personnel italien ou communautaire ».

« Trois jours orsono - il a ajouté Honoré - le Premier ministre et ministre du Travail et de je développe économique Luigi Di Maio a affirmé : si tu prends l'argent de l'État et delocalizzi, tu les dois redonner avec les intérêts, si ne donnez ici pas ne te bouges pas. Une prise de position, cette du Premier ministre, qui fait clarté en mode définitive : qui delocalizza activité et a bénéficié de facilités, s'il viole les pactes et transfère son activité avant les dix ans de donnée de conclusion de l'facilité, risque des sanctions des deux à quatre fois bénéfices reçus ».

« Il suffit des mises en boîte - il a dénoncé Honoré - suffit « des timbres » payés à des présumés des entrepreneurs que de l'Italie ils apprécient seulement la capacité de se faire exploiter. Et ce principe doit valoir même pour les armateurs italiens, en posant dans être un mécanisme sanzionatorio et des liens qui conditionnent les facilités fiscales aux paramètres dans craint d'utilisation de maritimes italiens et communautaires qu'étaient à la de base des tonnage tax et du registre international. En mots simples : as-vous bénéficié des exemptions fiscales et des previdenziali, en ne respectant pas les règles et en sommant aux bénéfices de loi même les avantages dérivants de l'exploitation de main-d'oeuvre extracommunautaire sous-payée ? Maintenant tu payes : qu'il signifie que pas seulement tu rends à taxes et contributions dont tu avais été exempté, mais que, en vertu des sanctions, ces sommes peuvent et doivent même être doubles ou quadruples par rapport au montant des bénéfices dont s'est profité en mode frauduleuse ».

L'analogie avec les delocalizzazioni qui le vice Premier ministre Di Maio veut frapper et sanctionner - il a soutenu encore Vincenzo Onorato - il y a toute : les armateurs ont siège stable en Italie et bateaux en tour pour le monde, mais ces mêmes armateurs « oublient » que le bateau, partout elle on trouve, est un morceau de territoire italien. « Pour le bateau donc - il a souligné Honoré - les delocalizzazione n'est pas un fait géographique mais social et occupationnel : il concerne c'est-à-dire la structure de la composition de l'équipage ».

En spécifiant que la loi 30 de 1998, née vraiment pour garantir la survie d'une flotte mercantile italienne et pour défendre l'occupation des maritimes italiens, a garanti aux armateurs privilèges uniques dans le panorama industriel national, avec l'presque totale exemption fiscale, des dégrèvements contributifs pour les équipages etc, Honorée il a affirmé que toutefois « trop d'armateurs malignement ont éludé la loi, et continuent à le faire en embarquant sensiblement des équipages extracommunautaires sous-payés ».

« Je suis confiant - il a conclu Vincenzo Onorato - que ce gouvernement, à travers ce nouveau et juste décret, il construise une digue contre cette qui est une cynique opération de killeraggio social et des présents le compte à ces armateurs italiens qui d'italien ont seulement le nom et que de maintenant loin 1998 ils poursuivent impunément seulement leurs intérêts. L'État pourrait récupérer des milliardes d'euro, nos maritimes chômeurs un poste de travail qui revient ils pour loi. Pour tous les deux, Été et maritime, on traiterait de récupérer la dignité à laquelle ils ont droit ».

À conclusion de ce philippique, qui nos quotidien a voulu rapporter pour entier, nous de inforMARE sommes plus perplexes que d'abord environ la vocation de Honoré : l'armateur de Moby et de Tirrenia est un entrepreneur ou bien un tribuno ? Pas que ces aptitudes doivent de force de choses être disjointes. Honoré il a vastement montré de posséder les capacités pour constituer un important groupe armatoriale et a plusieurs fois montré même le penchant à faire valoir ses raisons avec des qualités pas inférieures d'orateur enflammé. Toutefois, si son objectif est de sauvegarder plus que des légitimes intérêts de ses entreprises et de ses employés, comme justement un entrepreneur il est appelé à faire, il y semble que pas les restes qu'emboucher l'unique route praticable dans un État de droit : cette de donner cours à une action en justice. _autrement pouvoir continuer à invectiver, susciter cependant le aussi légitimer doute et crainte qui il y à le le nôtre travailler : celui de faire de caisse de résonance par autres ambitions de l'impétueux armateur.

B.B.

ABB Marine Solutions



Rechercher des hôtels
Destination
Date d'arrivée
Date de départ








Index Première Page Nouvelles

- Piazza Matteotti 1/3 - 16123 Gênes - ITALIE
tél.: +39.010.2462122, fax: +39.010.2516768, e-mail