ShipStore web site ShipStore advertising
testata inforMARE
ShipStore web site ShipStore advertising

19 août 2019 Le quotidien en ligne pour les opérateurs et les usagers du transport 16:35 GMT+2



17 Janvier 2019

Cette page a été automatiquement traduit par
Nouvelles originales
Le ministre Toninelli attaque durement Tirrenia, en l'accusant d'employer l'argent public pour augmenter les gains et pour ne pas réduire les tarifs

Le sien - il a répliqué Vincenzo Onorato - est une déclaration de quel il ne sait pas et il n'a pas pris les informations, pure campagne et démagogie électorale

En vue des élections régionales en Sardaigne, qui se dérouleront le 24 prochain février, le ministre des Infrastructures et des Transports, de Danilo Toninelli, aujourd'hui à Cagliari pour soutenir les candidats Luca Caschili et Franceso Desogus, ont durement critiqué les stratégies commerciales de la compagnie de navigation Tirrenia du groupe Honoré Armateur, qui actionne des services maritimes de et pour l'île. Des telles stratégies - selon le ministre - visent à assurer des bénéfices à l'entreprise plutôt que aux citoyens malgré l'État elle ait souscrit dans le 2012 une convention avec Tirrenia tournée à garantir les liaisons maritimes entre la Sardaigne et le continent en assurant la continuité territoriale italienne, contrat qui - il s'est rappellé de Toninelli - permet à Tirrenia de recevoir annuellement 72 millions d'euro de contributions publiques, argent qui - pour le ministre - la compagnie n'utilise pas pour réduire ses tarifs combien pour augmenter ses gains.

Une notice : nous rapportons presque testualmente les déclarations du ministre, avec les accusations tournées à Tirrenia de maintenir artificiellement elevée les tarifs de ses services de transport maritime, pour ne pas dénaturer la véhémence (l'enthousiasme, comme il dirait le personnage télévisé Crozza alias Toninelli) de la dénonciation du ministre, même si cela peut causer au lecteur quelque difficulté parce qu'il manque une presque toujours nécessaire médiation entre mot et texte et parce que notoirement Toninelli a quelque difficulté à parler à bras. Vertu, ce dernière, si l'eloquio coulant est employé pour ne pas dire ce qu'on voudrait ou devrait dire.

« La continuité territoriale maritime - il s'est rappellé de Toninelli - est depuis des années dans les mains de la compagnie Tirrenia qui a une concession de la part de l'État, et de l'État il a eu 72 millions d'euro. Parce que nous les lui avons donné. Parce que l'État les lui a donné. Pour qu'il abattait les prix et permettait aux citoyens sardes de pouvoir tourner à maison ou de pouvoir tourner en péninsule ou sur le lieu de travail avec des prix taxés, comme ils font tous autres de l'arrière-pays. Comme ils font à tous les autres italiens pas des isolani. Eh bien - il a souligné le ministre - les prix ne sont pas des correspondants aux aides qui ont été données et personne - de l'État, de quel il y avait d'abord à MEF et de quel il précédait d'abord le soussigné au Ministère des Infrastructures et des Transports - n'est allé à demander jamais rien. Ils ont laissé un monopole en main à un privé. Et il est toujours ainsi : j'ai hérité des dossiers toujours égaux. Qu'est-ce que publie ou argent public donné à un privé qui ensuite se en foutait hautement. Et pourquoi se en foutait-il hautement, pourquoi faisait à tout ce que voulait ? Parce que l'État il n'y avait pas à le contrôler ».

« Maintenant - il a poursuivi Toninelli - l'État est tourné, et dans la convention qui expireront l'an prochain, nous la réécrirons et qui vaincra cette convention aura la concession de faire un service d'utilité sociale, qui est cette de continuité territoriale et maritime : abattre les prix et diminuer les gains, parce qu'elle ne sera plus une concession, comme toujours, comme même celle pour les autoroutes, équilibrée totalement en faveur du concessionnaire. Celui-ci est le changement. Nous donnons oui de l'argent public aux privés, qui légitimement doit nous gagner, mais ne doivent pas ensuite faire à tout ce qu'ils veulent, lorsque ils veulent, parce qu'ils savent qu'un État les contrôle ».

« L'État - il a mis en évidence encore le ministre - est tourné, gère directement ce que peut gérer et ce qui donnera aux privés en concession, les contrôlera ; il lui ira faire les puces. Il lui contrôlera les budgets. Et si, comme il a arrivé avec Tirrenia, qui disait : mais à nous ils ne nous suffisent plus 72 millions qu'euro, mais je dois élever les prix. Personne, surtout à quel il nous précédait au Ministère de l'Économie, n'est allé à le contrôler. Et très probablement ces plaintes qui portaient à justifier leurs augmentations de prix ne correspondaient pas au vrai. Aujourd'hui l'État est tourné et si la Sardaigne devenait dans les semaines prochaines la première Région gouvernée du Mouvement 5 Étoiles ces appropriations de choses publiques faites de prenditori d'État seraient finies ».

Si à quelqu'un il peut ne pas plaire l'élocution de Toninelli, à Vincenzo Onorato, président des Honoré Armateurs, groupe possède soit Tirrenia que les autres compagnies de navigation Moby et Toremar, ne plaît pas plutôt qui retient être l'incompétence du ministre. « Le sien - il a répliqué Honoré - est une déclaration de quel il ne sait pas et il n'a pas pris les informations, pure campagne et démagogie électorale. En ce qui concerne le monopole - il a expliqué - il ne sait pas que sur les lignes pour la Sardaigne ils actionnent autres quatre compagnies : Grande Navi Veloci, Sardinia Ferries, Grendi et Grimaldi. Les tarifs Tirrenia en outre ne sont pas établis chez nous, mais de la convention signée avec l'État, et souvent ils sont bien à de sous des limites fixées en tant que la même ».

« Au ministre Toninelli, les impreparazione de laquelle dont nous sommes habitués depuis longtemps et sur les thèmes au plus variés - il a ajouté Honoré - je dis, parce qu'il est évident qu'il ne le sait pas, que pour Honoré des Armateurs, Tirrenia fait partie, travaillent 5.000 personnes, toutes italiennes et représentons de loin la première réalité nationale en termes occupationnels dans les trafics pour les îles. Le conseil en outre d'inclure dans les mesures pour le revenu de citoyenneté les 50.000 maritimes italiens inoccupés à maison des merci à des politiques confirmées de ses prédécesseurs et qu'ils servent les intérêts de la lobby des armateurs auxquels même le monsieur Toninelli semble répondre. Du reste de son ministère ils dépendent même les contrôles sur les lois à tutelle des maritimes italiens qui sont systématiquement pas acceptés des armateurs. Lorsque ensuite il va en Sardaigne - il a conclu Vincenzo Onorato - souvenirs même de nos 500 personnes, tous sardes, qui travaillent chaque jour sur et pour l'île ».

Dans le cours de sa mission en Sardaigne, aujourd'hui Toninelli a rencontré même le secrétaire régional des Uiltrasporti Sardaigne, William Zonca, avec lequel il a été affronté parmi les autres craint du transport maritime et pour de l'île, avec le représentant du syndicat qui a demandé au ministre d'intervenir sur le système de la convention Tirrenia-Cin qui - il a spécifié - ne produit pas d'effets positifs, né économiques né touristique pour l'île.

En soulignant que les transports revêtent pour l'île une importance fondamentale, Zonca a exprimé satisfaction pour le premier pas sur la continuité territoriale aérienne, mais - il a précisé - à condition que Alitalia mette immédiatement en vente les billets. En outre, à propos de liaisons aériennes, Zonca a demandé au ministre de se faire porte-parole, avec le ministre Di Maio, des préoccupations exposées en référence à la situation de la compagnie aérienne Airitaly pour qu'il y ait une rapide convocation prés de MIT des vagues éviter que le vecteur désengagements en tant que la de base d'Olbia.

Zonca a délivré même au ministre Toninelli un dossier sur Porto Canal de Cagliari en réaffirmant la necessité de l'ouverture urgente d'une table prés de MIT pour analyser la situation de Cagliari dans le scènario européen et donner des perspectives plus claires sur le futur des travailleurs. « Le ministre - il a annoncé Zonca - a confirmé son engagement et son attention en annonçant qu'il convoquera le groupe Contship (qui gère le conteneur terminal du port cagliaritaine, ndr) déjà la semaine prochaine ».


PSA Genova Pra'
Vincenzo Miele



Rechercher des hôtels
Destination
Date d'arrivée
Date de départ








Index Première Page Nouvelles

- Piazza Matteotti 1/3 - 16123 Gênes - ITALIE
tél.: +39.010.2462122, fax: +39.010.2516768, e-mail