ShipStore web site ShipStore advertising
testata inforMARE
ShipStore web site ShipStore advertising

24 mai 2019 Le quotidien en ligne pour les opérateurs et les usagers du transport 00:54 GMT+2



11 Mars 2019

Cette page a été automatiquement traduit par
Nouvelles originales
Confcommercio et Conftrasporto exhortent le gouvernement italien à plus grande prudence sur l'accord avec la Chine pour de la Soie

On risque - ils ont souligné Sangalli et Palenzona - la perte de la pleine souveraineté nationale sur les infrastructures stratégiques portuaires et ferroviaires

Confcommercio et Conftrasporto, dans une lettre envoyée au gouvernement à signature des présidents Carlo Sangalli et Fabrizio Palenzona, ont invité l'exécutif italien à plus grande prudence sur l'accord entre Italie et Chine sur de la Soie annoncé pour le 22 prochain Mars, pendant la visite du président chinois Xi Jinping, et ont proposé un accord douanier parmi les deux Pays.

En annonçant l'envoi de la missive au gouvernement, Confcommercio et Conftrasporto ils se sont rappellés de que l'exécutif italien a communiqué la signature prochaine de l'accord-cadre avec Pékin malgré les préoccupations des Etats Unis et de l'EU et que le Premier ministre Giuseppe Conte a mis en évidence que l'accord approchera la Chine aux standards de transparence occidentaux et a souligné qu'avec les « Nouvelle de la Soie » chinois on prépare y à joindre Asie, Europe et Afrique en construisant des routes, des ports, chemins de fer, réseaux de télécommunications. Selon Conte, ils ont spécifié les deux Confédérations patronales, pour l'Italie s'agirait « d'une opportunité » de croissance.

D'une partie le sien le gouvernement de Pékin, en annonçant la partecipation de l'Italie au Belt and Road Initiative (BRI), a remarqué que l'Italie, qui est la huitième plus grande économie du monde, deviendra donc même la plus grande économie à participer au BRI. Le gouvernement chinois n'a pas manqué de mettre en évidence comme la Chine pourrait devenir un partenaire plus utile pour la reprise de l'économie italienne par rapport aux USA et à la même EU : l'exécutif - en reprenant des déclarations de Liang Haiming, doyen du Hainan University Belt and Road Research Institute et président de China Silk Road iValley Research Institute - s'est rappellé de que l'Italie est sous pression à cause de l'augmentation de la dette publique et du ralentissement de la croissance économique et - a mis en évidence Haiming - des entreprises chinois ils pourraient être en mesure de stimuler de l'économie italienne, chose que - il a observé - les Etats Unis et autres pays de l'Union Européenne ne sont pas réussis à faire.

Parmi les entreprises nationales citées du gouvernement des chinois quels possibles investisseurs en Italie il y a les Shanghai Zhenhua Heavy Industry Co. (ZPMC), un des leaders mondiaux dans je segmente de la production de moyens et de grue pour le secteur portuaire. « Dans le cadre du BRI et de je développe des relations bilatérales - il a déclaré en tel sens le directeur général de l'entreprise, Ye Hui - prendrons en considération une augmentation de les nôtre engage en Italie, avec l'intention d'assumer plus de personnel in loco autrefois que le projet prendra départ ». « En outre - il a ajouté Ye - nous sommes disponibles à partager notre expérience dans la construction d'infrastructures et dans la production d'équipements, qu'il serait de grande aide pour les pays européens développés les infrastructures desquels vieillissent ». ZPMC, en effet, fait chef China Communications Construction Company (CCCC), groupe qui s'occupe principalement de la construction d'infrastructures de transport, d'activité de dragage et de la production d'outillages et de groupe qui pourrait par exemple devenir partenaire de l'Autorité de Système Portuaire du Mar Ligurien Occidental, comme exposé les derniers jours du président de l'organisme Paolo Emilio Signorini, pour donner cours à des grandes oeuvres dans le port de Gênes.

Le gouvernement de Pékin s'est rappellé de que de 2000 aux 2017 les investissements globaux de la Chine en Italie ils ont rejoint les 13.7 milliardes d'euro et l'Italie est ainsi devenue la troisième principale destination des investissements chinois dans l'EU après le Royaume uni (42.2 milliardes d'euro) et l'Allemagne (20.6 milliardes d'euro).

Dans la lettre envoyée au Premier ministre Giuseppe Conte et au ministre des Infrastructures et des Transports, Danilo Toninelli, les présidents de Confcommercio et Conftrasporto refroidissent par contre les enthousiasmes : « l'Italie - ils ont écrit Sangalli et Palenzona - serait l'unique Pays de détail importance à parapher un accord, considérée que, toujours davantage, l'Union Européenne met en évidence le dessin égémonique sous-tendu à tel projet. En particulier, le système portuaire italien, avec l'action autonome et pas coordonnée de différentes Autorités de Système, se porte candidat à être terminal de la Soie. On parle d'investissements à Trieste et Venise. Même à Gênes l'Autorité de Système a annoncé de vouloir constituer une société mixte avec le groupe chinois CCCC pour le projet et la construction d'oeuvres, en dérogation à toutes les règles actuelles ».

« Nous nous rappellons - poursuit la lettre - que la présence chinois et Asiatique dans les ports italiens a des précédents pas toujours réconfortants. COSCO, la même société d'état qui gère le port du Pireo, avait une importante partecipation dans le terminal Conateco de Naples, qui a abandonné aux premières difficultés, en créant une situation de grave crise, dépassée seulement merci à surgis d'un autre opérateur ».

Les représentants de Confcommercio et de Conftrasporto ont exprimé en outre des doutes sur les données « exaltantes » diffuses à l'appui l'initiative : la croissance des trafics pour l'Italie, en effet - en second lieu les deux organisations - se limiterait à un modeste 2%. Confcommercio et Conftrasporto ont manifesté de la préoccupation même pour le fait qui l'industrie chinois est considéré pas exempt de risques de contrefaçon des produits ou la conformité aux standards productifs internationaux.

« La première chose sur laquelle il devrait travailler l'Italie - ont proposé par contre Sangalli et Palenzona - il est un accord douanier avec la Chine pour le contrôle des marchandises en départ, même à travers j'emploie de la technologie Rfid. Nous sommes déjà beaucoup préoccupés pour les accords souscrits d'importantes entreprises italiennes avec des industries chinoises qui risquent de nous faire perdre know-how et de la compétitivité. Si ensuite nous devions ajouter la perte de la pleine souveraineté nationale sur les infrastructures stratégiques portuaires et ferroviaires, nous risquerions de préjuger cette économie de la mer qui est fondamentale pour notre Pays ».

« Nous nous rappellons enfin - ils ont conclu les présidents de Confcommercio et de Conftrasporto - le décret-loi 21 du 2012, qui impose un contrôle réel et dynamique sur l'investissement étranger, et de la règlement européenne approuvée dans ces jours qui subordonnent ces particuliers investissements à une autorisation. Nous invitons donc le gouvernement italien, même pour ne pas éluder les règles de contrôle nationales et européennes, à évaluer avec grande attention et prudence l'accord qui entend se souscrire ».

ABB Marine Solutions
Evergreen Line
Autorità di Sistema Portuale Tirreno Settentrionale



Rechercher des hôtels
Destination
Date d'arrivée
Date de départ








Index Première Page Nouvelles

- Piazza Matteotti 1/3 - 16123 Gênes - ITALIE
tél.: +39.010.2462122, fax: +39.010.2516768, e-mail