ShipStore web site ShipStore advertising
testata inforMARE
ShipStore web site ShipStore advertising

20 mai 2019 Le quotidien en ligne pour les opérateurs et les usagers du transport 23:11 GMT+2



13 Mars 2019

Cette page a été automatiquement traduit par
Nouvelles originales
Uiltrasporti Sardaigne propose une révision de la concession à CICT en laissant à l'actuel gérant 500 mètres de quai et en assignant les autres 1.000 par compétition

Zonca : de Contship on attend un signal immédiat pour comprendre ce qui soient les intentions sur le port de Cagliari

Uiltrasporti Sardaigne demande à l'ouverture immédiate d'une table de crise sur le port canal de Cagliari et d'une intervention du ministre des Infrastructures et des Transports, Danilo Toninelli. « Donnez au-delà d'un an - il a dénoncé l'organisation syndicale - les sommets du terminal conteneur du port industriel travaillent dehors siège ou directement de Cagliari pour l'autre terminal du groupe Contship (l'entreprise qui gère le terminal pour conteneurs cagliaritaine CICT, ndr), en portant à l'extérieur le know-how professionnel sans que soit certaine retombée positive pour le terminal de Cagliari ».

Selon combien rapporté dans un rapport des Uiltrasporti Sardaigne sur la crise du terminal cagliaritaine, le directeur général du terminal on retiendrait à Cagliari « pour soleils trois jours par mois pour ensuite partir à tourne de Tangeri et développer le terminal marocain. Le même - selon le syndicat - se produit pour le directeur technique, celui administratif et pour diverses autres caractères professionnel qui depuis longtemps vont dépenser l'expérience lointain de la Sardaigne et continuent à favoriser la croissance et je développe de ports concurrents, mais faisantes chef à la même actionnaire de majorité ».

Le document des Uiltrasporti Sardaigne met en évidence comme le conteneur terminal du port industriel de Cagliari continues à vivre une période de profonde crise, avec un trafic conteneurs en piqué qui dans le 2018 a eu il y de 215.000 teu, avec une réduction du -50% par rapport aux 430.000 conteneurs du 2017, an - il a précisé le syndicat - qui avait déjà vu baisse du -36% par rapport aux volumes du 2016. « Le 2019 - il a observé l'organisation syndicale - ne promet rien de bon : les premiers deux mois de l'an montrent une projection sur de base annuelle d'un ultérieur -42% par rapport au 2018. Dans le complexe, en analysant la période 2016 - projection 2019, la débâcle s'atteste à -82%. Au contraire - il remarque le rapport d'Uiltrasporti Sardaigne - il est dans net augmente le trafic dans l'autre terminal gérés du groupe Contship/Eurogate dans la Méditerranée, en particulier ceux de Tangeri et La Spezia. Dans la période 2016-2018 le terminal Contship/Eurogate de Tangeri a vu augmenter ses trafics d'au-delà du +23%, en passant donne environ 1.100.000 teu à 1.400.000. Plus ou moins même discours pour La Spezia, avec environ +20%. À contraire Gioia Tauro et surtout Cagliari ils ont enregistré un net baisse des volumes de travail, respectivement -15% et -68% dans la période 2016-2018. Pour l'escale sarde, comme dicton, le 2019 se profile encore en négatif, au net de souhaitables inversions de route, tant annoncées des sommets d'entreprise, mais qu'à aujourd'hui ils restent vides de contenus ».

Il s'agit - il a souligné le secrétaire des Uiltrasporti Sardaigne, William Zonca - de « nombres énormément négatifs qui risquent de décréter la débâcle finale de l'escale sarde, et qu'ils ne peuvent pas voir le syndicat subir dans silence ». Zonca s'est rappellée de que dans les mois passés le syndicat avait demandé formellement au ministre des Transports l'ouverture d'une table pour analyser la situation du port de Cagliari. « Nous sommes encore - il a annoncé Zonca - en attente de réponses, pendant que toute la politique tait. De temps en temps on lève quelque considération isolée, mais la grande partie des institutions semble ne pas se soigner du futur du port ».

Uiltrasporti Sardaigne s'est rappellés de que « le main-d'oeuvre du port de Cagliari vit depuis longtemps merci aux amortisseurs sociaux, la Compagnie des Travailleurs Portuaires est failli, pendant que des diverses entreprises de poussé ont fait recouru au licenciement et aux contrats de solidarieté ». « La situation - il a spécifié Zonca - n'est pas plus soutenable. Nous sommes face à une émergence sociale qui risque d'exploser d'un instant à l'autre. Divergées des parties on soutient que la terminalista CICT ne soit pas en crise, et que de toute façon il ne soit pas le cas de parler de crise jusqu'à lorsque les traitements des travailleurs continueront à être payés. Nous retenons que celles-ci soient des considérations au moins myopes, filles de positions inconciliables avec qui il a vraiment à coeur, en mode désinteressée et pas d'une partie, le futur et je développe du port de Cagliari et plus en général de l'économie régionale et nationale et le futur des travailleurs. Les ports sont des noeuds névralgiques pour l'économie à plus vaste escalier ».

Pour Uiltrasporti Sardaigne la situation occupationnelle du conteneur terminal de Cagliari n'est pas dissemblable de ce du conteneur terminal de Gioia Tauro, même il géré du groupe Contship Italie à travers la filiale MCT. « La crise - il a expliqué le syndicat - est proportione des mêmes choix : infrastructures maintenant vieilles sur lesquelles depuis longtemps on est choisi, en étant à ce que nous voyons, de ne pas investir, moyens de travail obsolètes et incapables d'accueillir les toujours plus nombreux mega-bateaux bourlingueurs. Forts doutes sur le respect des liens de concession, plan de je développe inexistant maintenant trop de temps. Mais si à Gioia Tauro les amortisseurs sociaux ont concerné le personnel direct de la terminalista MCT, à Cagliari le tout été « est masqué » en adjugeant dans le temps quelques services opérationnels portuaires, motive pour lesquels actuellement la crise formelle (au moins cette de la force de travail) ne concerne pas la terminalista CICT, mais les entreprises de poussé ».

« Elles sont choisies - il a contesté Zonca - que nous peinons à comprendre, en même temps à la totale absence de promotion et de marketing de l'escale à niveau international de la part de la terminalista. D'autant plus si nous considérons la tendance des dernieres année relativement aux trafics dans la Méditerranée, tourné depuis longtemps à être coeur des échanges parmi Est de la planète (Chine en primis) et Europe/Etats Unis Orientaux ».

« Nous croyons - il a poursuivi Zonca - que le port de Cagliari ait perdu et continue à perdre des nombreuses occasions de développe et des possibles nouveaux clients ou actionnaires. Trop de temps on tente de faire passer l'axiome selon lequel seulement l'actuelle actionnaire de majorité puisse donner des certitudes sur le futur du terminal. Elle nous semble une affirmation prétentieuse, soit parce que les résultats des dernieres année (pas seulement à Cagliari) disent le contraire, soit parce que nous croyons que soit une mode subtile tendres sous échec des travailleurs et des institutions locales, sous le même pas beaucoup voilée menace de licenciements et crise du système portuaire. Elles semblent les mêmes méthodes utilisées à Gioia Tauro, tenue en bas échec pour trop temps et aujourd'hui probablement au terminus. On ne peut pas - il a soutenu Zonca - continuer dans faire croire que le transhipment soit mort et que les escales d'aiguillage des marchandises n'aient pas futur : il suffit de regarder aux ports de Barcelone et de Valencia (pas certes au centre de la Méditerranée) dans lesquels dans le 2018 ils ont été mouvementés respectivement 1.5 millions et 2.2 millions de teu de seuls volumes transhipment, en contextes pas certes votés à ce type de trafic, en fort engorgement opérationnel parce qu'à la limite de leurs capacités, avec des bateaux dans attendue pour jours : ou bien l'exact je contrarie de ce qui peut offrir Cagliari depuis vite. Nous croyons que les occasions il y aient : le marché est encore en forte évolution et varies des grands groupes internationaux doivent bouger leurs mouvements sur les échiquiers de la Méditerranée. Dans je conteste en lequel le port canal de Cagliari a les meilleures qualités en termes de position géographique (parfaitement barycentrique dans la Méditerranée Occidentale), réduite distance des grandes routes de navigation, énormes espaces de quai et de stoccaggio des conteneurs, nous retenons que soit arrivé l'instant de ne pas attendre au-delà. Nous voudrions comprendre de l'actionnaire de majorité Contship Italie ce qui soient les vraies intentions du groupe et de sa maison mère, les allemande Eurokai, sur Cagliari, et de l'actionnaire de minorité CACIP (le Consortium Industriel Provinciale de Cagliari, ndr) s'il entend continuer à exercer un rôle de seconde plane dans le terminal ou se faire porte-parole des politiques de je développe de l'aire industrielle et de l'entière région. Nous ne voudrions pas qu'on mêmes en combattant une lutte économique/politique en terrain italien, de quel il cherche à avantager les ports du Nord Europe ou quelque de la Méditerranée à discapito d'autres escales comme Cagliari ou Gioia Tauro ».

En attente de réponses, et pour faire face à l'éventualité de persister de la crise, Uiltrasporti Sardaigne elle a avancé sa proposition basée sur des rivisitazione des espaces de concession et de division du quai : « à front des volumes de trafic des derniers trois ans - il a expliqué Zonca - nous retenons que les espaces actuellement en concession soient entièrement des sottoutilizzati, vu que il s'agit d'au-delà de 1.500 mètres de quai dans lesquels on mouvemente à peine 200.000 teu. Par exemple, Contship gère à Tangeri une concession avec environ 800 mètres de quai, dans lesquels il mouvemente 1.400.000 teu l'an. Le même se produit pour Maersk, qui dans l'escale marocaine mouvemente au-delà 1.700.000 de teu en 800 mètres de quai. Il en atteint que dans un espace d'amarrage analogue à celui de Cagliari, deux gérants en compétition entre eux mouvementent au-delà trois de millions de conteneurs l'an. Nous nous demandons s'il puisse être avantageux pour Cagliari revoir les espaces en concession sur la base des volumes de trafic en laissant à l'actuel gérant 500 mètres de quai et organiser un avis international de compétition pour les autres 1.000, en vérifiant l'éventualité que quelqu'un des grands player mondiaux shipping soit intéressé de faire cassée sur Cagliari ».

En remarquant que celle-là actuelle est une période historique cruciale pour cueillir l'opportunité de relancer Cagliari et son port, à compter de quel le gère, Zonca a conclu en précisant que de Contship on attend « un signal immédiat pour comprendre ce qui soient les intentions sur Cagliari. Nous voudrions comprendre - il a éclairci le secrétaire de l'organisation syndicale - s'ils existent à aujourd'hui, ou aient existé difficulté et empêchements, et ce qui soient, qu'ils ont entravé les plans de croissance et développe dans le Terminal. Come Uiltrasporti nous avons toujours été prêts, et encore nous serons, à faire notre partie pour favoriser n'importe quel procès qui débloque définitivement cette situation de crise en faveur d'une croissance et développe de ce qui est sûrement parmi les majeurs volani de l'économie régionale et du Sud Italie ».

ABB Marine Solutions
Evergreen Line
Autorità di Sistema Portuale Tirreno Settentrionale



Rechercher des hôtels
Destination
Date d'arrivée
Date de départ








Index Première Page Nouvelles

- Piazza Matteotti 1/3 - 16123 Gênes - ITALIE
tél.: +39.010.2462122, fax: +39.010.2516768, e-mail