ShipStore web site ShipStore advertising
testata inforMARE
ShipStore web site ShipStore advertising

16 juillet 2019 Le quotidien en ligne pour les opérateurs et les usagers du transport 06:04 GMT+2



3 Avril 2019

Cette page a été automatiquement traduit par
Nouvelles originales
En Espagne on est en train d'approuver des règles sur le travail portuaire qui semblent mettre tous d'accord

García (ANESCO) : il améliore la certitude du droit dans le secteur, contribue à l'accroissement de la compétitivité des ports et favorise la stabilité des rapports de travail. UGT évalue « très positivement » le décret

Par presque deux ans de l'approbation du royal décret-loi qui a changé les règles espagnoles sur le travail portuaire, en prévoyant l'introduction de la libre définition des contrats pour la fourniture de ces services(du 18 mai 2017), vendredi le gouvernement de Madrid a approuvé un nouveau décret le but duquel est fondamentalement celui de favoriser la transition commandée au nouveau système préfiguré du décret 8/2017 et de compléter et renforcer le cadre juridique.

En présentant la mesure de l'exécutif, Isabel Celaá, porte-parole du gouvernement et ministre de l'Instruction et de la formation professionnelle, il a expliqué que la règle prévoit, à travers la convention collective, les riassunzione obligatoire des travailleurs de la part des entreprises qui décideront de sortir de SAGEP (Sociedades Anónimas de Gestión de Trabajadores Portuarios), société - qu'ils représentent du pool de main-d'oeuvre portuaire - à dont le capital jusqu'à maintenant doivent participer les entreprises qui entendent exercer travail portuaire. Le porte-parole de l'exécutif a souligné que le décret confirme un droit qui est déjà reconnu dans autres secteurs productifs et qu'il garantit les droits fondamentaux des travailleurs et promeut la stabilité du travail.

Celaá a précisé que la mesure modification le décret-loi 8/2017 en introduisant le contrat d'apprentissage pour faciliter l'entrée aux jeunes qui obtiennent le Certificat de caractère professionnel qui donne accédé à cette profession. Le décret prévoit même une modification de la loi des agences de travail temporaire (Empresas de Trabajo Temporal - ETT) en remarquant la spécificité du Centros Portuarios de Empleo et en établissant entre autre que les propriétaires de ces centres pour l'emploi portuaire doivent avoir la licence pour les entreprises qui fournissent travail portuaire. En outre le gouvernement a établi la necessité d'accélérer l'approbation du décret qui prévoit des règles pour les concessone d'aides pour l'adaptation du secteur du travail portuaire, dont le but primaire est celui de stimuler l'exode volontaire des travailleurs plus âgés.

Le décret approuvé du gouvernement a été accueilli positivement du comité de direction de ANESCO, l'association des terminalisti portuaires éspagnols, qui se sont réunis hier à Madrid pour examiner la mesure : « l'approbation du royal décret-loi 9/2019 - il a souligné le secrétaire général de l'organisation, Pedro García Navarro - améliore la certitude du droit dans le secteur, contribue à l'accroissement de la compétitivité des ports et favorise la stabilité des rapports de travail ». García, en vue du vote sur le décret de la part de la Députation Reste du Congrès prévu pour ce soir, a exhorté tous les groupes parlementaires à soutenir valide de la mesure.

Avis positif sur les contenus du décret 9/2019 a été exprimé même du président de l'organisme public Puertos de l'Estado, Salvador de l'Encina, qui a participé à la réunion de ANESCO et il s'est rencontré avec les représentants des syndicats, et a été manifesté pures des mêmes organisations syndicales. « La satisfaction pour le décret-loi approuvé vendredi passé du Conseil des ministres présidé de Pedro Sánchez - elle a confirmé De l'Encina - est partagée des syndicats du secteur portuaire ». « L'Espagne - il a souligné le président de Puertos de l'Estado - on joue trop avec le travail portuaire pour faire des calculs électoraux. Il n'est pas seulement un problème qui concerne les travailleurs portuaires, mais est un problème qui peuvent causer la rupture des chaînes logistiques de notre Pays et provoquer la perte de postes de travail et d'investissements dans les ports, ainsi comme dans l'arrière-pays. Si la marchandise n'est pas déchargée ou est chargée dans un port en mode opportune, il se transforme dans une perte. Il est nécessaire - elle a dit De l'Encina en le tournant même une appel aux parlementaires - que les groupes parlementaires montrent d'être à la hauteur, comme ils ont déjà fait à l'unanimité avec la Proposition Pas Législative, et assurent certitude juridique au travail portuaire, aux travailleurs portuaires et aux entreprises qui chez lui dépendent dans toute l'Espagne ».

UGT a évalué « très positivement » le décret approuvé vendredi du gouvernement, puisque - a expliqué le syndicat - « il permettra la stabilité occupationnelle des travailleurs et des travailleurs portuaires et a été élaboré avec l'accord de toutes les parties intéressées, chose que porte à la certitude juridique nécessaire pour la stabilité du secteur ». Même UGT s'est associé à l'appel tournée aux parlementaires pour qu'ils confirment le décret en permettant ainsi sa publication prochaine sur la « Gazette Officielle », publication - il a mis en évidence le syndicat - qui « réglera à une période d'instabilié du secteur qui du 2014 a vécu une incertitude qui a mis à risque la bonne marche des ports éspagnols ».

Evergreen Line
Vincenzo Miele



Rechercher des hôtels
Destination
Date d'arrivée
Date de départ








Index Première Page Nouvelles

- Piazza Matteotti 1/3 - 16123 Gênes - ITALIE
tél.: +39.010.2462122, fax: +39.010.2516768, e-mail