ShipStore web site ShipStore advertising
testata inforMARE
ShipStore web site ShipStore advertising

19 septembre 2019 Le quotidien en ligne pour les opérateurs et les usagers du transport 18:41 GMT+2



6 Juin 2019

Cette page a été automatiquement traduit par
Nouvelles originales
Il est un fake news soutenir que les résultats de l'étude de T&E sur les émissions des bateaux de croisière soient fake news

CLIA manifeste désappointement parce que l'analyse a été réalisée sans quelque comparaison avec l'industrie crocieristica

Sur divergées revues qu'ils s'occupent de tourisme et de voyages il ricoche ici et là la nouvelle que l'étude sur les polluants atmosphériques émis des bateaux de croisière, qui ont été présentés de l'organisation environmentaliste pas gouvernemental Transport & d'Environment(du 5 juin 2019), elle serait une véritable « fake news ». Elle est une étude dont notre journal a donné compte en réservant vaste espace aux contenus et aux conclusions de la publication, choisie que pour un quotidien qui s'occupe prééminentement de shipping elle a été jugée en tant que quelques « courageuse », j'adjective évidemment retenu plus apte à exprimer ce qu'en réalité les interlocuteurs avaient dans la tête (« suicide »). Comme si qui s'occupe premièrement d'un secteur de l'activité il ne devait pas (ou voulait) écouter des voix dissonantes.

D'autant plus que, sur le de base même d'une récente étude (novembre 2018) sur les émissions polluantes produites des transports de l'European Environment Agency (EEA), qu'il n'est pas certainement une organisation environmentaliste radical, les données présentées de Transport & Environment, au-delà des tons employés pour à leur rendre emphatique, elles sembleraient pas du tout des informations répondantes aux vrai diffuses artatamente pour ne pas créer de la désinformation. Il suffit de donner un coup d'oeil même seulement à un graphique élaboré de EEA, que nous rapportons de suite, pour se rendre compte que ces divulguées de T&E ne sont pas fake news, au pire résultats légitimement discutables (surtout lorsque le domaine est serré au seul secteur des croisières).

À rapporter il craint sur le plan d'une plus profitable discussion et qu'une plus utile comparaison elle a été l'organisation crocieristica internationale Cruise Lines International Association (CLIA), qu'il représente les principales compagnies crocieristiche mondiales inclues ces mentionnées de l'étude de T&E. Sans repousser aprioristiquement et insenséement les conclusions de l'étude, l'association plus réalistement et sagement a mis en évidence les pas en avant que le secteur indéniablement accomplit vers une toujours majeure sostenibilità ambiante de l'activité crocieristica, mais n'a pas manqué de bouger motivés des reliefs à l'analyse de Transport & d'Environment, à partir de la contestation d'avoir réalisé l'étude sans quelque comparaison avec l'industrie crocieristica.

CLIA s'est rappellée de que, quoique celui des croisières tu représentes seulement moins du 1% de l'entier secteur de shipping, l'association et ses associés sont engagées vers un futur à des émissions zéro et accomplissent chaque jour progrès vers cet objectif, « mais - a sincèrement admis - il faudra du temps ».

CLIA a énuméré les différentes mesures et les initiatives que l'industrie crocieristica adopte pour réduire ultérieurement les émissions des bateaux, parmi lesquels le recours aux technologies de nettoyage des gaz d'échappement et l'utilisation du gaz naturel liquefié comme combustible, avec des pourcentages d'emploi de systèmes de limitation des émissions de la part des flottes de bateaux de croisière que - il a mis en évidence l'association - « ils n'ont pas des rivaux dans quelque autre secteur de shipping et que - elle a recriminato CLIA - elles n'ont pas été pleinement appréciées dans l'analyse de T&E ».

CLIA a par contre établi avec Transport & Environment dans la demande d'introduire des mesures pour poser des conditions de parité parmi l'électricité provenante du réseau terrestre qui est fourni en quai aux bateaux et les combustibles fossiles utilisés à bord des bateaux, par exemple avec une dérogation transitoire de la taxe sur l'électricité, au fin de favoriser emploie de l'énergie électrique sur les bateaux, toujours que cette énergie provienne de sources propre et efficaces.

Au-delà cependant de désapprouver manqué de la préventive comparaison avec l'industrie crocieristica avant la présentation de l'étude, qui CLIA a défini être « une analyse interne », l'association a manifesté de la préoccupation même parce que les résultats ont été publiés « sans quelque évaluation de type académique ou révision inter pares ». « Le classement - il a souligné encore CLIA en se référant aux compagnies crocieristiche et aux ports mentionnés de l'étude - se base exclusivement sur hypothèse et sur des mesurages et il ne tient pas compte de l'éventuelle utilisation sur les bateaux de technologies pour l'abattage des émissions. Même le méthodologie utilisé pour quantifier les résultats - il a protesté l'association - n'a pas été accordée à une procédure scientifiquement valide ».

Parmi le choix de repousser tout court l'analyse en la déclarant entièrement infondée, CLIA a préféré choisir la route de la comparaison, en déplorant que ceci il n'y ait pas eu avant d'arriver à la publication de l'étude. Il est un contradictoire qui à dire le vrai beaucoup rarement se vérifie lorsque ils sont dans danse des thèmes ambiants, questions importantes qui sont de toute façon arrogeantes qualifier banalement comme fake news.

Bruno Bellio




PSA Genova Pra'


Rechercher des hôtels
Destination
Date d'arrivée
Date de départ








Index Première Page Nouvelles

- Piazza Matteotti 1/3 - 16123 Gênes - ITALIE
tél.: +39.010.2462122, fax: +39.010.2516768, e-mail