ShipStore web site ShipStore advertising
testata inforMARE
ShipStore web site ShipStore advertising

17 juillet 2019 Le quotidien en ligne pour les opérateurs et les usagers du transport 06:24 GMT+2



18 Juin 2019

Cette page a été automatiquement traduit par
Nouvelles originales
Il poursuit le projet d'échantillonnage de l'« ADN de la mer » réalisée à bord des bacs de Corse Sardinia Ferries

La compagnie collabore avec l'Université de Milan Bicoque et avec ISPRA

Même cet an l'Université de Milan Bicoque renouvelle son engagement à flanc de Corse Sardinia Ferries et ISPRA (Istituto Superiore pour la Protection et la Recherche Ambiante) dans le projet de sauvegarde des cétacés dans le Mar Méditerranée, avec la compagnie de navigation qui mettra à nouveau à disposition de la recherche le sien bacs, optimales plate-formes d'observation, pour donner suivi au projet du docteur Elena Valsecchi, entamé l'an passé de l'Université de Milan Bicoque, qui visent à l'étude innovateur de la biodiversité de la Méditerranée, au moyen de l'analyse des microtraces d'ADN qui chaque organisme vivant délivre dans l'ambient dans lequel il vit (eDNA).

Ce nouveau technicien, reddition possible de la messe à point de sophistiquées technologies d'analyse moléculaire, permet de déterminer la présence et l'abondance d'organismes marins qui résultent, pour la nature du habitat dans lequel ils vivent, peu accessible et par conséquent difficile à étudier. Détail emphasee est donné à l'étude des gros vertébrés marines (des cétacés, gros poissons et tortues marines) que, en se trouvant au sommet de la pyramide trofica, ils représentent des excellents bioindicatori de l'état de santé de notre mer.

Elena Valsecchi a illustré les résultats obtenus avec la campagne effectuée dans le 2018 : « avant tout - il a précisé - nous avons eu la confirmation qui le technicien du prélèvement de traces biologiques de simples champions d'eau pour étudier les communautés d'organismes qu'ils peuplent nos mers fonctionne, j'attends de quelque an connu mais toujours surprenant. La perspectif jamais explorée d'abord, qu'il a donné hésite positif, est qu'on peut faire de bac et donc de n'importe quel gros bateau, en ouvrant ainsi des infinies possibilités de monitorage biologique des mers de tout le monde ! » « Dans l'immense majorité - il a spécifié - l'ADN retrouvé provenait d'anchois, de sardines, de marlins, de coups d'oeil et de demoiselles, mais nous avons trouvé même des traces de cétacés, comme la stenella striée et le rorqual commun ; en deux circonstances en concomitanza avec les repérages signalés des chercheurs d'ISPRA, qui tenaient sous contrôle visuellement la mer du pont de commandement du Mega Express Three. Cela à témoignage du fait que les traces délivrées en eau sont « fraîches » et donc credibles pour déterminer la présence d'une espèce là où les traces d'ADN sont interceptées ».

Le docteur Valsecchi a souligné « le grand potentiel de ce technicien », que - a précisé - « jumelée à la couverture et à la ripetitività des traites parcourues des bacs, est cela de pouvoir tenir sous contrôle les changements dans l'abondance et la distribution des espèces marines d'intérêt commercial et ecologique, en la relation aux changements climatiques qui affligent notre planète et, particulièrement, à la Méditerranée ». « La Méditerranée - il s'est rappellé de Valsecchi - est un ambient marin unique. Il est un des mers avec plus haute biodiversité (reçoit environ le 18% des espèces marines dont connues, beaucoup endémiques, quoique tu représentes seulement le 0,8% de la superficie du globe couverte d'océans), mais il est même une des aires marines à plus haut impact antropogenico et où les effets du surchauffage global risquent d'être plus dévastateurs. Ceux-ci sont seulement quelques des raisons pour lesquelles la Méditerranée mérite absolue priorité d'étude, monitorage et conservation ».

Evergreen Line
Vincenzo Miele



Rechercher des hôtels
Destination
Date d'arrivée
Date de départ








Index Première Page Nouvelles

- Piazza Matteotti 1/3 - 16123 Gênes - ITALIE
tél.: +39.010.2462122, fax: +39.010.2516768, e-mail