ShipStore web site ShipStore advertising
testata inforMARE
ShipStore web site ShipStore advertising

4 juillet 2020 Le quotidien en ligne pour les opérateurs et les usagers du transport 04:57 GMT+2



16 Juin 2020

Cette page a été automatiquement traduit par
Nouvelles originales
Assiterminal, peu de millions prévus pour soutenir les entreprises portuaires frappées de la crise ne sont rien d'autre qu'une goutte dans la mer

Pour l'émergence covid-19 il est attendu cet an dans les ports baisse du 70%b du trafic des passagers et la perte de 150 millions de tonnes de marchandises

Le brisant impact déjà produit et celui prévu sur l'activité et sur les résultats économiques des entreprises terminaliste portuaires italiennes à cause de l'émergence sanitaire pour la pandémie de covid-19 sera mis en évidence cet après-midi du président de l'Association Italienne Terminalisti Portuaires (Assiterminal), Luca Becce, dans le cours d'une audition prés de la Commission Transportes, posées et des télécommunications de la Chambre, grave situation qui l'association avait déjà remarqué avec des lettres du 19 et 30 Mars passés des envoyées même aux composantes de la IX Commission qui incluaient quelques propositions de mesures en faveur des opérateurs et travailleurs d'un secteur, comme celui représenté d'Assiterminal, que - il se mettait en évidence dansles missives - il déroule un rôle stratégique pour l'export et import nationaux et pour les économies territoriales(du 19 et 30 Mars 2020).

L'intervention d'aujourd'hui à l'audition est tournée à préciser même qu'alors de la situation il ne présente pas d'indicateurs d'amélioration et on ne relève pas dans la moyenne période de prévisions positives. En particulier, l'effet de la crise sanitaire sur l'activité du terminal portuaire qui mouvemente des passagers est bien 2.800 escales de bateaux rayées dans le seul premier semestre de cet an, pour une perte de trafic supérieur au 70% (plus que sept million que passagers), avec le terminal croisières qui de fait subissent le zérotage des activités et à l'instant ils n'enregistrent pas quelque signe de reprise pour le second semestre. Pour faire face à la crise la totalité des entreprises de ce secteur, qu'elles occupent directement 53mil des personnes auxquelles on ajoute 60mil des postes de travail indirects et autres 120mil dans poussé, il a fait recouru aux amortisseurs sociaux. L'impact négatif sur le secteur, en termes de valeur, estimé seulement pour le premier semestre est d'au-delà de trois milliardes d'euro.

Grave même l'impact de l'émergence sur le terminal portuaires qui mouvementent des marchandises. Selon les relevés d'Assiterminal, les entreprises de ce je segmente, qu'ils donnent du travail directement 20mil à des personnes et ils en soutiennent 60mil indirects et 300mil dans poussé et que pour affronter la crise ils ont pour le 60% a dû faire recours aux amortisseurs sociaux, ils accusent la perte de parts de trafic pair au 20%-40% dans moins par rapport au 2019 avec l'unique exception de Gioia Tauro qui en prédominance déroule de l'activité de transhipment. Dans le 2020 elle est attendue dans les ports nationaux la perte d'un volume de trafic pair aux 150 million de tonnes (dans les 2019 tous ports italiens ont mouvementé 479 millions de tonnes) et dans le seul je segmente des conteneurs on prévoit la perte trois de millions de teu (le total mouvementé dans le 2019 a été de 10.8 millions de teu). Même pour ce secteur on prévoit que le retour à régime sera très lent : tous les analystes - il a spécifié Assiterminal - prévoient que les effets négatifs s'étaleront encore à le long dans le trafic à de marchandises, même avec en ce qui concerne cela conteneur, jusqu'à au 2021. L'association a souligné que des tels effets ont un impact dirigé sur les entreprises terminalistiche autrement de quel se produit pour shipping lines qu'ils peuvent rééquilibrer traverse des économies d'échelle (blank sailings dans combiné avec les locations maritimes).

En intervenant à l'audition d'aujourd'hui Becce il mettra en évidence que dans ce scènario il est évident comme la suspension temporaire pendant une courte période du paiement des loyers concessori et autorisés vous ex art. 92, décret-loi 18 2020 converti dans la loi 27/2020 tu résultes entièrement insuffisant et inidonea à défendre les droits et à la tenue des entreprises portuaires intéressées. Selon Assiterminal, « combien se produit, imputable seulement à des facteurs exogènes, il impose au moins une significative réduction de loyers à chargement des entreprises, en application de principes généraux de droit commun (artt. 1218.1464.1467 c.c.), en ligne avec le disposé art. 45 cod. nav. et comme récemment même indiqué de la Commission EU (ainsi que sur de base des principes de l'art. 56 TFUE, dans combiné disposé avec l'art. 107 TFUE) ». « Les dispositions afférentes dicte de la matière, comme actuellement insérées dans les art 199 du décret-loi n. 34/2020 - il a précisé l'association - ne sont pas suffisant né adaptez dans le texte et dans la substance, surtout là où à l'alinéa 8 on prévoit la limite globale de 10 millions pour faire face à la réduction des loyers concernant tous le terminal operator et les entreprises portuaires intéressées ».

« Par conséquent – elle est l'exhortation d'Assiterminal - il est nécessaire d'apporter au moins quelques modifications d'intégration aux dispositions insérées dans le susdit article (comme accueilli et représenté de quelques amendements). En particulier - il a proposé l'association - il faut établir pour la mesure dont à la lettre à, de c.1 même article, une congrue allocation pas inférieure à 80 millions d'euro pour le 2020 en utilisant aussi les restes d'administration de l'AdSP ; il faut prévoir la possibilité d'un paiement rateizzato, jusqu'au 2021 à compris, des loyers restants déterminés au net des réductions ; en cohérence avec l'normative euro-unitaire et interne, il est nécessaire que ciascuna AdSP vérifie, dans contradictoire avec le concessionnaire, l'équilibre économique et financiers sous-tendu à ciascuna concession, l'incidence perspective de l'événement de force majeure, les mesures de rééquilibrage en réduction des loyers même à travers une congrue prolongation de la concession, pas inférieure au moins par 24 mois, ou bien d'autres conditions economiquement considérables ».

Dans son intervention d'aujourd'hui Becce il présentera même l'impact économique que les entreprises du secteur terminalistico doivent soutenir pour assurer la poursuite sans solution de continuité des activités d'entrepreneur dans conteste d'accomplissements tournés à la dont il faut tenir compte tutelle de la santé des travailleurs et de l'usage. Il s'agit - il a calculé Assiterminal - d'une augmentation des coûts pour unité ouvrable, à front de la contraction des résultats économiques, qui résulte pair environ à 250 euro/mois/homme auquel on ajoute les effets négatifs des manque d'efficacités opérationnels dûs à des temps dilatés dans les échanges roulement et au distanziamento social même de l'usage, passagers compris. Tout cela - il a souligné l'association - « sans quelque moyen efficace « de repos » : à telle intention - pour Assiterminal - il serait souhaitable ou une réduction du coût du travail/coin fiscal ou de la détermination de moyens de crédit d'impôt ad hoc pour le secteur ».

À l'occasion de l'audition le représentant d'Assiterminal, outre les effets négatifs de l'émergence sanitaire, mettra en lumière même autre problématiques qui grèvent sur le secteur terminalistico à partir de celles normatives, avec une installation de la réforme de la législation sur la portualità (loi 84/94) que - a remarqué l'association - « il est inachevé » et « cela comporte encore disomogeneità dans l'application des critères autorisés vous pour le régime concessorio (manque - il s'est rappellé d'Assiterminal - la Règlement sur les concessions portuaires ex art.18) ». À cela on ajoute « la superposition d'organismes régulateurs (ART et AGCOM seulement pour en citer certains), l'excessive bureaucratisation des governance fonctionnel à développe d'un asset stratégique (code des adjudications, déficit digitalizzazione, etc) représente des manque d'efficacités structurels qui doivent être dépassés et résolus ». Assiterminal a mis en évidence même la necessité « d'accélérer les procès pour une digitalizzazione uniforme du secteur, en standardisant même les relatives procédures administratives ». Enfin, dans il craint de travail, de seconde Assiterminal « on doit procéder au moins à conclure l'uniformité des prévisions à tutelle des travailleurs portuaires en somministrazione temporaire (artt.17, la loi 84/94) avec les travailleurs structurels aux entreprises (artt.16, la loi 84/94) en adaptant une uniforme et une exigible application de la Co. 15bis de l'art.17 ainsi comme pour la prévision de l'art.16, de co.4, de lett.d ».

L'intervention du représentant d'Assiterminal prés de la IX Commission de la Chambre des députés on conclura avec la synthèse des propositions formulées de l'association pour assurer du soutien au secteur du terminalismo portuaire italien, qu'elles prévoient : « zérotage ou diminution des loyers domaniaux les 2020 pour tous terminalisti (commerciaux et les croisières) à travers des moyens efficaces et en de la ligne avec les marches des marchés de référence ; effacement de l'additionnel Ires 2019 pour les entreprises autorisées dont et/ou concessionaires portuaires à l'artt. 16 et 18 du legìge 84/94 ; zérotage jusqu'au 31 décembre 2020 des accises grevantes sur les combustibles employés des moyens opérationnels portuaires ; pas debenza de la contribution de fonctionnement pour l'Autorité de Régulation des Transports pour la catégorie du Terminal Operator et des entreprises Portuaires ; zérotage de la contribution pour l'Autorité Garante Concurrence de Marché pour l'an 2020 ».

PSA Genova Pra'



Rechercher des hôtels
Destination
Date d'arrivée
Date de départ








Index Première Page Nouvelles

- Piazza Matteotti 1/3 - 16123 Gênes - ITALIE
tél.: +39.010.2462122, fax: +39.010.2516768, e-mail