ShipStore web site ShipStore advertising
testata inforMARE
ShipStore web site ShipStore advertising

14 aot 2020 Le quotidien en ligne pour les opérateurs et les usagers du transport 20:18 GMT+2



1 Juillet 2020

Cette page a été automatiquement traduit par
Nouvelles originales
Par Catherine (ALIS): non aux modifications apportées au décret de relance ne protègent pas le droit à l’autoproduction dans les ports

Les nouvelles exigences, se plaignait-il, seraient obstacles réels à l’institution de l’autoproduction, en particulier pour les navires engagés dans les autoroutes de la mer

L’Association logistique de l’intermodité durable (ALIS) s’est plaint que certains des amendements déposés dans le la conversion en droit du décret de relance, et dans article particulier 199-bis rubrique « Normes d’exploitation portuaire », serait contraire au droit à l’autoproduction d’opérations Port. « ALIS - a expliqué le Directeur général l’association Marcello Di Caterina - exprime son inquiétude amendements au projet de loi de conversion décret de relance du transport maritime, qui en fait amendement Article 16 de la loi 84/94 en introduisant des permis d’exploitation des opérations portuaires, à partir de lorsque les navires arrivent ou partent.

« Nous sommes opposés à l’approbation de ces changements... catherine a souligné - comme nous croyons qu’ils ne protègent pas le droit à l’autoproduction, garanti aux opérateurs économiques Article 9 de la législation antitrust, loi 287/1990, et donc aussi aux armateurs du secteur maritime, mais, au contraire, représentent un véritable pas en arrière pour l’ensemble du port la langue italienne.

« 'introduction des nouvelles exigences contenues dans le texte Modification pour délivrer des autorisations spécifiques opérations portuaires - a précisé le directeur ALIS - prédit en premier lieu que nous pouvons procéder à autoproduction uniquement si dans le même port il n’y a pas sociétés autorisées en vertu des articles 16 et 17. En outre, les permis d’aujourd’hui d’une durée pouvant aller jusqu’à quatre ans devrait être fourni à chaque touché et serait nécessaire dans les 10 jours à partir de la date de l’arrivée présumée du navire. Enfin, le loyer d’aujourd’hui proportionnelle aux volumes de trafic deviendrait beaucoup plus ainsi que le nombre d’escales, atteignant 1 500 euros par arrêt pour les navires de plus de 100 mètres. »

« l est clair, a souligné Di Caterina, que nouvelles exigences seraient de véritables obstacles l’institut d’autoproduction, en particulier pour les navires Autoroutes à haute fréquence. Tout cela causerait un préjudice profond à la compétitivité de la maritime ainsi que l’augmentation des coûts pour les compagnies aériennes armateurs, car ils se trouveraient incapables de avoir leur propre personnel et, par conséquent, créerait abus de position dominante.

« ALIS, comprenant qu’à un moment de grande difficulté pour l’ensemble du pays, il serait approprié et raisonnable pour une solution qui éviter de nouvelles concessions ou initiatives pour l’autonomie des opérateurs secteur et ne compromet donc pas la situation existante - conclu Di Caterina - appelle à une reformulation de l’intervention proposé dans la conversion du décret-loi de relance, qui serait préjudiciable à la fois sur le plan organisational et en termes de impact sérieux sur le volume de commerce maritime, l’emploi dans le secteur et l’utilisation de la conversion modale et des routes de la Mer, mode de transport promu avec conviction non seulement par notre association, mais aussi et surtout par l’Union l’Union européenne. »

PSA Genova Pra'



Rechercher des hôtels
Destination
Date d'arrivée
Date de départ








Index Première Page Nouvelles

- Piazza Matteotti 1/3 - 16123 Gênes - ITALIE
tél.: +39.010.2462122, fax: +39.010.2516768, e-mail