ShipStore web site ShipStore advertising
testata inforMARE
ShipStore web site ShipStore advertising

9 aoŻt 2020 Le quotidien en ligne pour les opérateurs et les usagers du transport 13:56 GMT+2



23 Juillet 2020

Cette page a été automatiquement traduit par
Nouvelles originales
Treize organisations internationales sollicitent le gouvernement italien à s'employer pour permettre l'échange des équipages des bateaux

Il s'agit - ils soulignent - d'une crise humanitaire qui doit être résolue pour protéger les maritimes qui ont été sur les bateaux pour trop temps

Treize organisations représentants les parties sociaux maritimes européennes et internationales ont écrit une lettre au Premier Ministre italien, Giuseppe Conte, pour solliciter une urgent action politique pour le bien-être des maritimes. Dans la lettre on exprime appréciation pour les efforts des autorités italiennes, mais il se souligne qu'il faut faire encore davantage pour faciliter les échanges des équipages des bateaux qui actuellement se produisent seul dans un en pour-cent beaucoup réduites par rapport à ce qui est nécessaire, et on pose les accents sur le rôle essentiel déroulé en tant que les maritimes dans le maintien du flux global d'énergie, me nourris, médicines et fournitures médicales bateau. Il se rappelle en outre de que beaucoup de maritimes ont été lointains de maison pour mois à cause des restrictions de voyage imposées des gouvernements pendant qu'aux àquels ils auraient dû les substituer est empêché de s'unir à leurs bateaux.

La lettre a été souscrite d'European Community Shipowners'Associations (ECSA), Asian Shipowners'Association (ASA), International Chamber of Shipping (ICS), International Transport Workers'Federation (ITF), European Transport Workers'Federation (ETF), Bimco, International Maritime Employers'Council (IMEC), InterManager, World Shipping Council, Intertanko, International Association of Dry Cargo Shipowners (InterCargo), International Parcel Tankers Association (IPTA) et CLIA Europes.

«¬†Confitarma, quel membre de ECSA, ICS, Intertanko, Intercargo, BIMCO et IMEC - il a souligné le président de la Confédération Italienne Armateur, Mario Mattioli - adhère au cent pour cents au contenu de telle lettre dans laquelle, entre autre, on affirme combien chez moi plusieurs fois souligné, et c'est-à-dire que «¬†il s'agit d'une crise humanitaire qui doit être résolue pour protéger les maritimes qui ont été sur les bateaux pour trop temps. Mais elle est même urgente la necessité de résoudre cette crise qui s'étend à terre. Sans les maritimes, les bateaux ne peuvent pas actionner et ils ne peuvent pas délivrer aux marchandises nécessaires pour toute notre économie. Dans un instant de considérable stress pour les économies globales et nationales, n'importe quel interruption du flux des échanges pourrait avoir des conséquences dévastatrices pour la phase de reprise¬†»¬†».

«¬†Il me fait plaisir remarquer - il a ajouté le président de la Confitarma - qui dans la lettre au président Conte soit soulignée que «¬†tous le stakeholder italiens, en particulier la Confédération Italienne Armateurs (Confitarma), ont travaillé constamment dans les derniers mois pour permettre les échanges de l'équipage et ont invité le gouvernement italien à adopter avec urgence des mesures pour faciliter ce procès. Malheureusement, ces demandes ont été jusqu'à présent en grande partie sans réponse¬†»¬†».

Les organisations signataires de la lettre ont demandé au gouvernement italien «¬†de signer et réaliser les engagements assumés dans la déclaration ministérielle du sommet maritime international sur les modifications de l'équipage, qui s'est tenu le 9 Juillet 2020 du gouvernement britannique¬†», et en particulier : désigner tous les maritimes, indépendamment de la nationalité, comme «¬†key workers¬†» et faciliter leur mouvement en sauvegardant leur santé et en minimisant les risques d'infection de covid-19 ; s'assurer que les maritimes soient en mesure de s'embarquer ou de laisser leurs bateaux pour je retourne dans son pays, qu'ils puissent effectuer les échanges d'équipage, employer des congés à terre et des soins médicaux sans empêchements ; introduire des mesures temporaires, parmi lesquelles la possibilité de dérogations et les exemptions d'éventuelles qualités de visa ou d'autres documents normalement demandés aux maritimes ; créer les conditions nécessaires pour les couloirs aériens maritimes des États membres de l'EU et des principaux pays de provenance des travailleurs maritimes¬†».

Les organisations signataires se sont rappellées de que ces engagements ont été jusqu'à présent souscrits de 13 nations, parmi lesquelles Royaume uni, Danemark, France, Allemagne, Grèce, Pays Bassi et Norvège, qui ont express profonde préoccupation pour la situation actuelle et ont reconnu que «¬†l'incapacité des opérateurs navals de tout le monde de mener les changements de l'équipage du bateau est le défi opérationnel maritime plus pressant pour le mouvement sûr et efficace de je commerce global¬†».

Dans la lettre il se met en évidence que «¬†l'Italie déroule un rôle clé dans la filière globale, avec sa position centrale et ses importants ports et aéroports dans la Méditerranée¬†» et se demande à l'Italie, en qualité de membre du conseil IMO, de donner l'exemple «¬†en adoptant les engagements assumés des déclarations ministérielles à niveau national et intensifiai ses efforts¬†».

Vu que ils restent des obstacles aux échanges d'équipage à effectuer en Italie ou à travers l'Italie, dans la lettre se réaffirme l'exigence que les maritimes de pays tiers puissent être en mesure d'obtenir plus facilement des visas Schengen de façon à pouvoir s'embarquer sur des bateaux dans les ports européens.

En particulier, dans la lettre on suggère d'autoriser et fournir des visas temporaires pour les équipages qu'ils embarquent et pour ces qui ils débarquent. En effet, même si les ambassades italiennes graduellement tournent à la normalité et jusqu'à présent elles ont été très constructives dans traiter les questions de visa, pourraient ne pas être en mesure de faire face de l'augmentation estimée de la question de visas environ de 2.5 fois - 3 fois le volume normal par mois les mois à venir. Telle exemption pourrait donc faciliter et accélérer les préparatifs pour les départs du pays tiers.

La lettre se conclut avec l'auspicio que le gouvernement italien soit en mesure de faire de la différence soit je traverse des mesures concrètes en Italie soit à travers les canaux diplomatiques dans les autres États membres de l'EU et avec les gouvernements de tout le monde. «¬†Ceci - il se met en évidence - sera extrêmement important pour garantir que les centaines de milliers de maritimes ancre en attente de changements d'équipage puissent être substitué sans ultérieurs retards¬†».

PSA Genova Pra'



Rechercher des hôtels
Destination
Date d'arrivée
Date de départ








Index Première Page Nouvelles

- Piazza Matteotti 1/3 - 16123 Gênes - ITALIE
tél.: +39.010.2462122, fax: +39.010.2516768, e-mail