ShipStore web site ShipStore advertising
testata inforMARE
ShipStore web site ShipStore advertising

26 septembre 2020 Le quotidien en ligne pour les opérateurs et les usagers du transport 04:18 GMT+2



9 Septembre 2020

Cette page a été automatiquement traduit par
Nouvelles originales
Éditorial
Un conseil aux jeunes qui aspirent à une carrière sur la mer : pensez-y non pas deux, mais mille fois

Un autre appel de l’OMI aux gouvernements permettre le changement des équipages des navires et encore un autre hypocrite certificat d’héroïsme décerné aux gens de mer

Pour plus de clarté: ce qui suit n’est pas une provocation, mais un acte d’accusation défini d’une industrie du transport maritime qui échoue ou ne veut pas sauvegarder les droits d’une partie substantielle et essentielle de ses travailleurs. Une industrie qui est couplé à des appels répétés d’organisations internationales gouvernements à - en dépit des restrictions sur les voyages à la pandémie de Covid-19 - permettre aux gens de mer qui ont après leur période de travail contractuelle pour rentrer chez eux et leurs collègues pour atteindre le navire pour les remplacer. Une industrie qui exprime la solidarité, l’inquiétude et participation, mais en même temps fait peu ou rien pour empêcher les droits maritimes sont violés.

Ne parlons pas de la reconnaissance des « héros » attribués de l’industrie du transport maritime. Une louange qui, si elle est peut-être sincère dans le premiers instants de l’urgence, il goûte de l’hypocrisie quand il est maintenant note ce qui a été fait pour permettre à ces travailleurs à revenir à une normalité qui, pour eux, n’est pas n’a jamais été synonyme de facilité.

maritimes qui, à ce jour, il est évident, sinon dans les mots ne sont pas aidé par personne si vous excluez les syndicats qui, cependant, incapables d’appeler à une grève à l’échelle mondiale, fournir des initiatives sporadiques de soins cependant méritent d’être justifiées, comme celle du syndicat international Fédération internationale des travailleurs du transport (ITF) coopération des syndicats tunisiens qui, à la fin du mois d’août, a rapatriement de 58 marins égyptiens qui, à la fin de leur période deux mois de travail à bord de cinq navires de soutien au large des côtes de Les côtes tunisiennes avaient été contraintes de rester en service quatre mois en raison de restrictions sur les devises les équipes imposées par le gouvernement local.

Cinquante-huit marins. Une goutte d’eau dans l’océan comme, selon les derniers calculs de la Chambre internationale du transport maritime (ICS) et ITF, il y a actuellement plus de 300 000 personnes qui sont échoués en mer et ne peuvent pas rentrer chez eux malgré l’expiration de la période contractuelle de travail, à laquelle s’ajoutent le autant incapables de leur donner le changement.

Devant l’Assemblée générale des Nations Unies, qui tôt mardi prochain, l’International Maritime l’Organisation (OMI) a de nouveau exhorté les gouvernements à le problème du changement d’équipage est urgent. Volonté également une « déclaration forte » émise par le Le Secrétaire général de l’OMI, Kitack Lim, mais déjà invitations précédentes à le faire étaient tombés sur les oreilles sourdes. Rien nouveau, autre que la prolongation de la période que les gens de mer, disposés ou disposés qu’ils dépensent à bord des navires, et que dans certains cas - explique Lim - plus de 17 mois. Rien de nouveau, même pour reconnaissance pour ces travailleurs : malgré tous les défis Le secrétaire général de l’OMI a écrit aux gouvernements et aux gouvernement et les autorités non gouvernementales - les gens de mer à bord des navires ont continué à travailler et à ce que les gens de mer ont offert au monde ont été de dire unsyraced (sic!).

Un appel qui, s’il n’a pas encore trouvé, trouvera le soutien aux associations nationales et internationales représenter les armateurs, à ce stade les seuls à pouvoir vraiment faire quelque chose pour forcer les gouvernements à travailler à résoudre le problème. Quelque chose qui, nous l’espérons, sera différent depuis leur dernière action de protestation - sonner les sirènes des navires - qui n’a pas produit de résultats comme prévu, ni générera à l’avenir.

Pour conclure une suggestion aux jeunes à qui à l’avenir passera par l’esprit de s’inscrire dans un institut nautique avec visant à se lancer dans une carrière en mer. Nous l’écrivons conscients de l’effet que cela peut avoir sur notre journal qui traite principalement de l’expédition: monnaie non une mais cent, mille fois si c’est la bonne façon et assurez-vous d’être bien conscient de la situation dans laquelle vous vous trouvez Chasse.

Bruno Bellio

PSA Genova Pra'
Autorità di Sistema Portuale Mar Ligure Orientale



Rechercher des hôtels
Destination
Date d'arrivée
Date de départ








Index Première Page Nouvelles

- Piazza Matteotti 1/3 - 16123 Gênes - ITALIE
tél.: +39.010.2462122, fax: +39.010.2516768, e-mail